Accès malvoyant
Tous les
évènements
février
19
Exposition de l’Association des Photographes Amateurs Caudaciens
Du lundi 19 février 2018 au samedi 31 mars 2018
mars
12
Printemps des poètes sous les couleurs du street art
Du lundi 12 mars 2018 au samedi 17 mars 2018
mars
27
Conseil municipal : vote du budget
mardi 27 mars 2018 de 20:30 à 22:30

Voir carte
Adresses utiles
Accueil du site > Découvrir la ville > Histoire et Patrimoine
La Tour médiévale

La Queue-en-Brie était dotée d’une puissante tour fortifiée (appelée -à tort- le Donjon) et entourée de fortes murailles, percées de trois portes, dont l’une était renforcée par un Château-Gaillard.

La Tour médiévale La Tour mesurait près de trente-trois mètres de hauteur. Elle occupait une place importante dans le système de défense qui protégeait Paris.

Pendant la Guerre de Cent Ans, les Anglais, conduits par le Duc de Stafford, s’en emparèrent, le 9 octobre 1430, après un âpre siège d’un mois et commencèrent à démanteler les fortifications, après avoir massacré une bonne partie des défenseurs.

La Tour et les restes des remparts continuèrent de remplir leur rôle défensif pendant plusieurs siècles, puisque la ville eut encore à faire face à d’autres combats pendant les guerres de religion et la Fronde.

Dans son ouvrage Notre-Dame de Paris, Victor Hugo envoie le capitaine Phoebus se reposer à "Queue-en-Brie" pour se remettre de ses blessures. Or, il se trouve qu’effectivement la garnison caudacienne était commandée par un capitaine : officier placé directement sous les ordres du roi.

A partir du XVIIIè siècle, la Tour finit de se dégrader, sert de carrière pour les constructions et le remblaiement des routes. Elle s’écroule dans un grand fracas, le 11 juillet 1866. Il n’en subsiste que la base, sur une hauteur de cinq à six mètres.

Mentions légales  -  Crédits  -  Plan du site  -  Contacts  -  Flux RSS